🔥   Lecture publique "Les filles du feu" • Galerie Paris-B • 9 mars 2023 à 19h30   🔥                                                                        

Les filles du feu

{ botanique érotique }

Ce texte a été inspiré par le travail de la peintre Laura Garcia Karras qui m’a rappelé que les fleurs sont avant tout des filles du feu.

Deux lectures publiques auront lieu à la Galerie Paris-B (62 rue de Turbigo) : samedi 27 janvier à 19h30  / samedi 9 mars à 19h30



___


À celles qui regardent le soleil droit dans les yeux et qui plongent leurs racines dans l’empire des morts.

Les rayons du soleil ouvrent au scalpel les boutons de rose, tranchent les chairs bombées, pulpes cellulosiques, chirurgie chloroplastique, stupeur botanique. La lumière fouille de ses rayons ardents ces beautés capiteuses aux essences entêtantes. Les fleurs croient au soleil et le soleil fait croître les fleurs.

La pesanteur donne à ces filles du feu une indolence feinte que leurs floraisons teintent d’une violente beauté. Elles vivent d’ombre et de lumière, toisent le ciel jaloux et remuent les entrailles de la Terre de leurs orteils turbulents. Les forces cosmiques travaillent la plante de l’intérieur, y provoquant une ambivalence fondatrice et le déchirement perpétuel entre l’attraction terrestre et le désir des astres.

Bipolaire végétale, son cou s’étire à mesure qu’elle s’enlise. Il lui faut s’arracher à la Terre, résister inlassablement à l’appel du sol qui guette l’heure d’embrasser la belle effrontée et de la coucher définitivement dans les limbes de l’humus, terre jalouse rappelant les siens à leur destinée après les avoir expulsés de son ventre chaud.

L’amour rhizomatique multiplie les conquêtes souterraines. Les mycorhizes parent les racines de guirlandes fractales qui taquinent les corps épris de toutes les transmutations passionnelles, tenaillés par les vicissitudes de minéraux avides de se mêler à l’eau pour se fondre dans la sève. Les larmes du ciel, l’eau du Styx et des nappes phréatiques, les torrents boueux et tous les liquides exsudent des corps souterrains pour rejoindre la divine liqueur qui raidit les membres et monte les cellules en turgescence. Les vaisseaux sont des cavernes aveugles nimbées de silence, calanques de l’oubli où la sève monte comme une douce fièvre, s’infiltre dans le xylème et le phloème et gagne par capillarité les hauteurs de la plante, goûtant à cette coulée épaisse dont le flot ininterrompu gorge les extrémités assoiffées.
Brame, Laura Garcia Karras, 2023
Le temps du givre suspend les conversations du Ciel et de la Terre, fige les gangues liquides, et transforme les sous-sols animés en profondeurs inexploitables. Puis les neiges se retirent et la plante se redresse. Alors, la roideur d’un seul rayon suffit à faire éclater les bourgeons qui se déchirent comme des paupières de sang ouvrant les yeux pour la première fois. Les pétales gavés de courbatures dans leurs pellicules translucides s’étirent et s’ouvrent comme les doigts de la main.

Le soleil ne s’y trompe pas et passe sa journée à courtiser la fleur. Il caresse ses parois au petit matin, sèche les larmes de rosée qui perlent sur son tégument, réchauffe ses membres engourdis, défroisse les pétales craintifs et patiente jusqu’au zénith où, brûlant de passion, il laisse éclater son désir, fait irruption par tous les orifices, pénètre chaque cellule de ses rayons ardents. La chlorophylle exécute la volonté du feu et fait courir le frisson électrique de l’apex aux racines. Quand le soleil s’emporte, la fleur déploie des molécules-écran, boucliers d’anthocyanes refoulant les assauts de l’amant survolté. Puis l’astre éconduit se refroidit, arrache un dernier rayon de tendresse et s’éclipse à l’horizon.

Dans la nuit noire, une forêt de lianes vertébrales surgit, les feuilles se dressent comme des oreilles pour écouter les branches grincer. Le clair de lune s’enfonce dans la jungle insomniaque. Touffeur broyée de lumière, la nuit sera sans sommeil. Dans la pénombre les plantes se travestissent, glissent dans la subversion, changent de camp, respirent à l’envers et crachent leur haleine de carbone à la figure d’animaux errants à travers champs et forêts. La nuit, la végétation a le dioxyde de carbone à la bouche, le jour, elle retourne à sa langue natale, oxydante et caustique.

Gaze, Laura Garcia Karras, 2023

Au matin, le ciel embué de tristesse se confie aux fleurs dont la rosée déperlante trahit les confidences. Les chairs mouillées exhalent des parfums qui enivrent et mettent au contact de réalités brutales et dévorantes. Il est toujours l’heure de la luxure pour ces filles nées du coït solaire et de l’éperon du vent. La crinière peignée d’ombre et de lumière, ces beautés convulsives redoublent d’efforts pour attirer l’attention. Les champs de fleurs sont des hordes insurrectionnelles qui ont le diable au corps. La rose tentatrice aux pétales ciselées s’habille de rouges aux accents lubriques et se fige, bouche ouverte, robe fendue dans l’attente interminable des prétendants.

L’ovaire viril dresse son stigmate tandis que les étamines se cambrent délicieusement jusqu’à l’anthère promise où le désir éclate par bouffées de pollen. Intercesseurs des mondes sexués, les insectes extatiques hallucinent ces beautés sulfureuses et plongent dans l’antre veloutée. Fente démultipliée, sexe diffracté, les commissures s’entrouvrent et laissent voir en contrebas l’ovaire plombé dans les abîmes du calice. Les chairs ploient sous le corps engourdi des amants transitoires. Pas de claquage des muscles au détour d’une étreinte, les corps aériens tanguent dans le vent élastique. Des hordes de courtisans vont et viennent dans la corolle où ils s’enivrent de nectar tandis que la sève monte comme une douce fièvre dans les épaississements de lignine. Les sucs liquoreux giclent sur les corps abrutis de soleil, ravivent leur ivresse et soulèvent les pollens qui tournoient au-dessus du précipice où la fleur s’impatiente.

Le plus exalté d’entre eux s’approche du stigmate, s’introduit dans l’orifice et commence sa chute interminable dans le corridor du pistil qui mène droit à l’auguste ovule. Les gamètes amoureux se cherchent dans la pénombre, goûtent le contact des membranes qui se frôlent et murmurent dans cette chambre d’écho où leurs corps fusionnent bientôt pour faire germer l’avenir. L’orgie se poursuit au-dessus du calice où les pollens obstinés se voient refuser l’accès à la couche nuptiale. Ils se résignent alors à suivre les insectes ivres à la ruche voisine où s’élabore le miel de leurs amours déçus.

Mais le temps des fleurs est compté. Aussi libres soient-elles, ces beautés insolentes restent captives des sols et des horloges cosmiques. La pesanteur des corps lestés dans les profondeurs terrestres se rappelle à la fleur et l’oblige à laisser ses artifices tomber à ses pieds et à tirer sa révérence. La bractée se cambre dans un ultime effort puis se rétracte, clôt sa corolle où s’enlise le souvenir rampant de ses anamours diploïdes. Jusqu’au bout la fleur est insoumission. Elle se couche à terre mais ne baisse pas les yeux. Elle jette un dernier coup d’œil au soleil traître qui brûle déjà de passion pour d’autres ingénues, d’autres filles du feu, qui elles aussi finiront par la rejoindre dans les soubassements du monde où tout commence et où tout recommence.

____

Exposition Rosebud, Galerie Paris-B (visible jusqu’au 9 mars)










__________

peintures : Laura Garcia Karras
commissariat : Anne-Laure Peressin
Galerie Paris-B